Bibliographie

Témoins de Jéhovah
Ouvrages conseillés sur la situation juridique des Témoins de Jéhovah, leur profil sociologique et leur histoire

- Modifié le 15 avril

Droit


 Philippe GONI, Les Témoins de Jéhovah : Pratique cultuelle et loi du 9 décembre 1905

  • Éditions L’Harmattan, Paris, 289 p., 2004
  • ISBN : 2-7475-7264-1

Philippe GONI est avocat depuis 1984 (au Barreau de Paris depuis 1994) et chargé de cours à l’Université de Montpellier.

« Voici un ouvrage d’un extrême intérêt. Le travail méthodique et précis effectué par Philippe Goni sur la pratique cultuelle des Témoins de Jéhovah et sur les conditions dans lesquelles celle-ci s’accomplit dans le cadre de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État, présente au moins trois mérites essentiels :

  • il donne tout d’abord une information précise, appuyée de documents incontestables, sur ce qu’est effectivement le culte des Témoins de Jéhovah et sur ce que sont -et ne sont pas- les fidèles de cette religion, la quatrième religion chrétienne de France.
  • il procède ensuite à une analyse des discriminations dont les Témoins de Jéhovah sont l’objet dans notre pays, tout en soulignant que la situation s’est améliorée grâce notamment aux décisions des cours et tribunaux. Ceux-ci ont en effet reconnu “au nom du peuple français” -comme le dit la formule sacramentelle placée en tête de toutes les décisions de justice- que les Témoins de Jéhovah exercent un culte et que, dans la mesure où ils ne portent pas atteinte à l’ordre public, il convient que la République garantisse effectivement leur liberté de conscience et leur liberté de religion.
  • Il apporte enfin une contribution utile à la réflexion sur la signification, dans notre droit français sinon européen, du principe de laïcité et de celui de neutralité de la collectivité publique : celle-ci doit respecter, comme le dit l’article 1er de notre constitution, “toutes les croyances”. On pourra trouver en particulier dans le travail de Philippe Goni quelques pistes utiles pour mieux définir ce que doivent être, concrètement, les relations entre l’État et toutes les religions. »

Préface de Michel de GUILLENCHMIDT, professeur des universités, doyen honoraire de l’Université Paris-V Descartes, conseiller d’État honoraire.


Sociologie


 Philippe BARBEY, Les Témoins de Jéhovah – Pour un christianisme original

  • Éditions L’Harmattan, Paris, 272 p., 2003
  • ISBN : 2-7475-4064-2

 Philippe BARBEY, Les Témoins de Jéhovah – Une analyse sociologique

  • Éditions ANRT, Villeneuve d’Ascq, 332 p., 2011
  • ISBN : 978-2-7295-7961-6

Philippe BARBEY est diplômé en sciences des religions de l’École Pratique des Hautes Études (Université PSL) et docteur en sciences sociales. Sa thèse de doctorat en Sociologie, publiée par les Éditions ANRT, a été soutenue en 2008 à l’Université Paris-V Descartes.

« Fruit d’une thèse de diplôme de l’École Pratique des Hautes Études, cet ouvrage aborde un mouvement religieux qui n’a pas cessé d’être sous le feu des médias. Il offre une approche “sociologisante” d’un mouvement religieux anti-trinitaire dont la genèse américaine en fait une composante du protestantisme proche du pôle évangélique. Une première partie dresse la filiation protestante du mouvement : christocentrisme, anti-trinitarisme, entrepreunariat religieux, caractère professant, biblicisme affirmé et activisme évangélisateur sont quelques traits qui les caractérisent. Une deuxième partie s’intéresse à leur déploiement en France suivant leur mode d’organisation, leur théologie et leurs pratiques religieuses. Une troisième partie, sans doute la plus originale, aborde le phénomène comme analyseur du pluralisme religieux dans la société française et plus largement en Europe. »

Recension de Jean-Pierre Bastian, Revue d’Histoire et de Philosophie religieuses, 2003, t. 83, n° 4, p. 497.


 George D. CHRYSSIDES, Jehovah’s Witnesses : Continuity and Change

  • Ashgate Publishing, Farnham (UK), 320 p., 2016
  • ISBN : 978-1-4094-5608-7

 George D. CHRYSSIDES, Historical Dictionary of Jehovah’s Witnesses

  • Rowman & Littlefield, Lanham (USA), Second Edition, 298 p., 2019
  • ISBN : 978-1-5381-1951-8

George D. CHRYSSIDES est docteur en philosophie de la religion et chercheur honoraire en religion contemporaine à l’Université de Birmingham (Royaume-Uni) et à l’Université York St John (Royaume-Uni).


 « The Jehovah’s Witnesses in scholarly perspective : What is new in the scientific study of the movement ? », Acta Comparanda - Subsidia III

  • Faculté des Sciences Religieuses Comparatives (FVG), Anvers (Belgique), 248 p., 2016
  • ISSN : 0779-9853

Ce numéro spécial de la revue Acta Comparanda publie les actes du congrès international « The Jehovah’s Witnesses in scholarly perspective : What is new in the scientific study of the movement ? », qui s’est tenu les 21 et 22 avril 2016 à Anvers (Belgique).

Congrès international organisé par l’Observatoire Européen de la Religion et de la Laïcité, en partenariat avec le laboratoire CLIMAS (Université Bordeaux Montaigne), le CESNUR (Turin) et la Faculté des Sciences Religieuses Comparatives à Anvers (FVG Antwerp).


Histoire


 Emily B. BARAN, Dissent on the Margins : How Soviet Jehovah’s Witnesses Defied Communism and Lived to Preach About It

  • Oxford University Press, New York, 400 p., 2014
  • ISBN : 978-0-19-994553-5 (relié)
  • Oxford University Press, New York, 402 p., 2016 (réédition)
  • ISBN : 978-0-19-049549-7 (broché)

Emily B. BARAN est professeure adjointe d’histoire de l’Europe de l’Est à l’Université d’État de Middle Tennessee (États-Unis). Elle a obtenu son doctorat à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill (États-Unis) en 2011.

« Le livre d’Emily Baran comble un vide, celui d’une histoire savante du Jéhovisme pendant l’époque soviétique et post-soviétique jusqu’aux années 2010. Il décrit l’implantation des Témoins de Jéhovah pendant les trois moments de l’histoire russe : 1) la fin de l’empire tsariste, 2) la révolution communiste et l’ère soviétique, 3) la période post-soviétique. »

Recension de Régis Dericquebourg, Archives de sciences sociales des religions, 180.


 Gerhard BESIER, Katarzyna STOKŁOSA (Ed.), Jehovah’s Witnesses in Europe : Past and Present - Volume I

 Gerhard BESIER, Katarzyna STOKŁOSA (Ed.), Jehovah’s Witnesses in Europe : Past and Present - Volume II

 Gerhard BESIER, Katarzyna STOKŁOSA (Ed.), Jehovah’s Witnesses in Europe : Past and Present - Volume III

Gerhard BESIER est docteur en histoire, « Doctor Divinitatis » (DD) en théologie et diplômé en psychologie. Ancien titulaire des chaires « Contemporary (Church) History and European Studies » aux universités de Berlin, Heidelberg et Dresde, puis directeur de l’Institut Sigmund Neumann en Allemagne, il enseigne dans plusieurs universités en Europe et aux États-Unis.

Katarzyna STOKŁOSA est professeure associée au Département de science politique et de gestion publique de l’Université du Danemark du Sud. Elle a obtenu un doctorat à l’Université européenne Viadrina (Allemagne) et son habilitation à diriger des recherches à l’Université de Potsdam (Allemagne).


 Guy CANONICI, Les Témoins de Jéhovah face à Hitler

  • Albin Michel, Paris, 476 p., 1998
  • ISBN : 2-226-09576-4

Guy CANONICI dirige les travaux du Cercle européen des Témoins de Jéhovah anciens déportés et internés (CETJAD), qui s’est fixé pour objectif de retrouver la trace des témoins de Jéhovah persécutés par les nazis et de faire vivre leur mémoire.

« Voici un livre bienvenu. Non seulement parce qu’il comble une lacune, mais parce qu’il arrive à son heure. En effet, tandis que les études et les publications se sont multipliées au cours des années récentes sur les diverses catégories de victimes du nazisme - Juifs, Tziganes, Slaves, déportes politiques, malades mentaux, homosexuels -, qui, à part les spécialistes, connaît le destin des témoins de Jéhovah sous le IIIe Reich ? Pourtant, tout au long des douze années du régime, la persécution s’est abattue sur eux avec un acharnement constant et avec une violence implacable. Eux aussi ont connu l’horreur de l’univers concentrationnaire. Eux aussi ont payé un lourd tribut à la fidélité à leurs convictions. Pourquoi ces chrétiens sont-ils les oubliés de l’histoire ?

Aussi est-ce à leur restituer un passé, une identité, une mémoire que s’attache le livre de Guy Canonici. Fondé sur une vaste quête de documents primaires et sur une abondante littérature secondaire, l’ouvrage marie avec bonheur les analyses historiques avec les témoignages des acteurs : des témoignages le plus souvent inédits, vivants, précis, souvent émouvants par leur sincérité et par l’authenticité de la foi qui les anime. Au récit des souffrances endurées, on comprend mieux comment ceux et celles qui les ont subies ont réussi à tenir et à résister sans défaillir, pour certains jusqu’au sacrifice suprême. Ainsi, à côté des secteurs largement explorés de l’histoire du nazisme, voilà que grâce à ce livre s’éclaire un nouveau pan du savoir dont il faut espérer qu’il donnera lieu à de nouvelles recherches et à de nouvelles approches dans les années à venir. »

Préface de François BÉDARIDA (1926-2001), historien, directeur de l’Institut d’histoire du temps présent, puis secrétaire général du Comité international des sciences historiques.


 Detlef GARBE (Author), Dagmar G. GRIMM (Translator), Between Resistance and Martyrdom : Jehovah’s Witnesses in the Third Reich

Detlef GARBE a dirigé le Mémorial du camp de concentration de Neuengamme de 1989 à 2022, ainsi que la Fondation des mémoriaux et lieux didactiques à Hambourg en mémoire des victimes des crimes nazis de 2020 à 2022. En 2019, le Sénat de Hambourg lui a décerné le titre honorifique de professeur pour ses grands mérites dans le domaine de la culture mémorielle à Hambourg.

“In his incredibly rich and exhaustive study, Detlef Garbe, the director of the Neuengamme concentration camp memorial, investigates the courageous and bold resistance of the International Bible Students’ Association or Jehovah’s Witnesses under National Socialist rule. Originally completed as a dissertation in 1989 and published in 1993, this translation was made from an earlier revised fourth edition published in 1998.”

Kevin P. Spicer, Central European History, Vol. 42, Iss. 3, 2009, p. 577-580.


 Serge CHATELAIN (dir.), Pour en finir avec les camps : Logique et mécanismes de l’intolérance

  • Éditions L’Harmattan, Paris, 192 p., 2006
  • ISBN : 2-296-00058-4

 Hans HESSE (dir.), Persécution et résistance des témoins de Jéhovah pendant le régime nazi 1933 - 1945

  • Éditions Schortgen, Luxembourg, 408 p., 2005
  • ISBN : 2-87953-777-0

Hans HESSE est historien, diplômé d’une maîtrise en histoire de l’Université libre de Berlin.


Biographies historiques


 Simone ARNOLD-LIEBSTER, Seule face au Lion. Une petite Alsacienne résiste au régime nazi

  • Editions Schortgen, Schouweiler (Luxembourg), 440 p., 2003
  • ISBN : 978-2-87953-455-8

Simone ARNOLD-LIEBSTER, née en août 1930 en Alsace, a été maltraitée puis renvoyée de l’école secondaire, avant d’être arrachée à sa mère en avril 1943 et déportée dans une maison d’éducation nazie.

Membre du Cercle Européen des Témoins de Jéhovah Anciens Déportés et Internés (CETJAD), elle est intervenue devant le Conseil de l’Europe à Bruxelles en rapport avec la défense des droits humains et a participé à de très nombreuses conférences en Europe, au Canada et aux Etats-Unis.

Simone ARNOLD-LIEBSTER a été nommée chevalier de l’Ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne le 15 décembre 2023 [1] :

« J’ai l’honneur et le grand plaisir de vous annoncer que Monsieur Franck-Walter Steinmeier, président de la République fédérale d’Allemagne, vient de vous conférer la Croix de Chevalier de l’Ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne en signe de gratitude pour votre action pour la préservation et la transmission du souvenir de la tyrannie nationale-socialiste.

Permettez-moi de vous adresser mes plus chaleureuses félicitations pour cette distinction qui vient à juste titre rendre hommage à la remarquable implication dont vous faites preuve depuis de nombreuses années. »

Stephan Steinlein, Ambassade de la République fédérale d’Allemagne, Paris, 17 août 2023.


 Max LIEBSTER, Lueur dans la Tourmente. Récit d’un survivant de l’Holocauste

  • Editions Schortgen, Schouweiler (Luxembourg), 158 p., 2004
  • ISBN : 978-2-87953-992-8

Max LIEBSTER est né en 1915 dans une famille juive de Reichenbach en Allemagne. Arrêté comme Juif en 1939, il a été envoyé dans différents camps de concentration, où il a connu les « Triangles violets ».

Avec sa femme Simone Arnold-Liebster, ils ont créé en 2002 la fondation Arnold-Liebster, dont le but est de compléter les connaissances sur l’Holocauste, promouvoir les Droits de l’Homme et rappeler les leçons de l’Histoire. Il est décédé à 93 ans en 2008.

Max LIEBSTER s’est vu décerner la distinction de citoyen d’honneur de sa commune natale de Lautertal (arrondissement de Reichenbach) en 2004 [2], puis un monument en son hommage a été inauguré par la communauté de communes de Lautertal en 2013 [3].


 Bernhard RAMMERSTORFER (Auteur), Léopold ENGLEITNER (Narrateur), Une volonté de fer. L’extraordinaire courage d’un homme ordinaire

  • Editions Schortgen, Schouweiler (Luxembourg), 232 p., 2007
  • ISBN : 978-2-87953-042-0

Léopold ENGLEITNER, né en Autriche en 1905, défia la tyrannie nazie et, en tant que Témoin de Jéhovah, refusa de servir dans la Wehrmacht allemande. Il est décédé à l’âge de 107 ans en 2013.

Léopold ENGLEITNER a été décoré en 2007 de la Médaille d’or de l’Ordre du Mérite autrichien et de la Croix de chevalier de l’Ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne [4].

Bernhard RAMMERSTORFER, né en 1968, est le rédacteur de l’ouvrage paru en allemand en 1999 et le réalisateur d’un film documentaire. Il a cautionné les conférences de Léopold Engleitner dans des écoles, des universités et des Mémoriaux en Europe et aux États-Unis à l’Holocaust Memorial Museum, au Simon Wiesenthal Center et aux universités de Columbia, de Georgetown et de Stanford.

« Cet objecteur de conscience, né à Salzbourg, n’a renoncé, ni à ses convictions religieuses, ni à ses principes, malgré les traitements cruels et indignes qui lui ont été infligés dans les prisons et les camps de concentration. […] C’est un ouvrage marquant sur les horreurs du national-socialisme, vécues et relatées par un homme d’exception. […] Ce livre nous révèle non seulement les horreurs dont les hommes sont capables envers leur prochain, mais aussi qu’il est possible de refuser de se soumettre à un régime injuste, grâce à une âme bien trempée. »

Avant-propos de Dr Heinz Fischer, Président de la Fédération autrichienne (p. 11).

« Grâce à cet ouvrage, nous avons un récit détaillé de la vie et du destin d’un Témoin de Jéhovah en Autriche. Au cours des recherches sur le national-socialisme, ce groupe religieux a été largement ignoré. Dès le départ, Rammerstorfer se heurte à des préventions : aucune maison d’édition ne s’intéresse à son manuscrit. Il décide de le publier à ses propres frais. […] Il considère comme son devoir de faire connaître à autant de personnes que possible la vie exceptionnelle de cet homme courageux et fidèle à ses convictions. Comme il l’exprime, il veut ainsi “contribuer à la réhabilitation personnelle et sociale d’Engleitner, et permettre à la société de tirer leçon de la volonté de fer d’un homme ordinaire.” […] Parallèlement à ce livre, Rammerstorfer a produit un film documentaire primé à plusieurs reprises et sorti également en anglais et en italien. »

Prof. Dr Manoschek, politologue et professeur à l’Université de Vienne (p. 21).


 Tharcisse SEMINEGA, L’amour qui enraya la haine : Comment ma famille survécut au génocide du Rwanda

  • Editions Schortgen, Schouweiler (Luxembourg), 271 p., 2019
  • ISBN : 978-99959-36-75-4
  • Extraits en ligne

Tharcisse SEMINEGA est né à Kabirizi (Rwanda) en 1941 dans une famille catholique fervente. Il a obtenu son doctorat en biotechnologie, puis a été nommé maître de conférences en 1988 à l’Université nationale du Rwanda. Avec toute sa famille, ils ont réussi à survivre au génocide rwandais.

« Le mémoire du Professeur Seminega est un récit puissant de résilience, de foi et surtout d’un amour sacrificiel profond. Puisqu’il y décrit son récit avec pour toile de fond l’histoire nationale du Rwanda, vous fermerez le livre de M. Seminega en étant bien plus informé sur les antécédents politiques et historiques du génocide. Mais par-dessus tout, vous quitterez ce livre avec une toute nouvelle considération pour les Témoins de Jéhovah, une communauté chrétienne qui fit réellement honneur à son nom pendant l’horreur de 1994. »

James Jay Carney, professeur associé à la faculté de théologie de l’université de Creighton (États-Unis), et auteur du livre Rwanda Before the Genocide : Catholic politics and Ethnic Discourse in the Late Colonial Era.