Sociologie
Les Témoins de Jéhovah - Une analyse sociologique
Philippe BARBEY

- Modifié le 13 mai 2015

MAX WEBER ET LES CHARISMES SPÉCIFIQUES

LA MONDIALISATION D’UN CHRISTIANISME DE CONVERSION :
UN CHARISME D’ÉVANGÉLISATION ?

Mot de l’éditeur

Max WEBER (1864-1920), dans Économie et société / 1, Les catégories de la sociologie, décrit le charisme comme la “qualité extraordinaire d’un personnage qui est considéré comme envoyé par Dieu ou comme un exemple”, comme une “vocation, une mission ou une tâche intérieure, une transformation de l’intérieur”. Dans son second volume intitulé L’organisation et les puissances de la société dans leur rapport avec l’économie, le sociologue avance que “le charisme peut adhérer purement et simplement à une personne” (charisme inné) ou bien “être produit artificiellement dans une personne qui le possède en germe, mais le développe par quelque moyen extraordinaire” (charisme acquis). Max Weber mentionne un “charisme de la parole” que l’on pourrait nommer aussi “charisme d’évangélisation”.

Cette recherche sociologique veut démontrer et délimiter ce charisme spécifique, dans une perspective historique (sur la période comprise entre 1870 à nos jours) et dans le cadre d’une sociologie compréhensive appliquée à un groupe chrétien connu pour son activisme évangélique au niveau mondial : Les Témoins de Jéhovah.

Le présent ouvrage est une photo sociologique de ce mouvement chrétien prise en 2008. Depuis, cette confession a simplifié l’organisation de son culte, moins de réunions dans leurs Salles du Royaume, recentrage sur un culte plus familial. Mais si les Témoins de Jéhovah n’hésitent pas à s’adapter aux impératifs d’une vie plus complexe, une chose ne change pas chez eux : ils poursuivent sans relâche et avec peut-être toujours plus d’opiniâtreté l’œuvre qui les a rendu célèbres, la prédication de l’Évangile sur la voie publique dans le monde entier. Qu’est-ce qui fait qu’ils continuent à évangéliser même là ou les gens ont déjà leurs propres croyances ou à l’inverse sont majoritairement incroyants ou indifférents aux questions religieuses ?

L’auteur

Philippe BARBEY est diplômé en sciences des religions de l’École Pratique des Hautes Études (ÉPHÉ) et docteur en sciences sociales de Paris V Descartes à la Sorbonne. Il est membre de l’Association Française de Sciences sociales des Religions (AFSR).

Ce sociologue des religions étudie depuis plusieurs années la sociologie et l’histoire du mouvement des Témoins de Jéhovah et veut apporter sa contribution à la compréhension de cette minorité chrétienne (voir une partie de ses travaux sur son site web).

Références :

Éditions ANRT, Villeneuve d’Ascq, 332 p., 2011

ISBN : 978-2-7295-7961-6