Droit
Formation des cadres religieux en France : Une affaire d’Etat ?
Francis MESSNER, Anne-Laure ZWILLING

- Modifié le 8 mars 2017

Mot de l’éditeur

La formation des ministres du culte en France n’a suscité que peu d’intérêt de la part des pouvoirs publics au cours des dernières décennies. La notion de la neutralité de l’État par rapport aux religions du fait de la laïcité, vision commune aux institutions publiques et religieuses, explique pour une part ce détachement. La recomposition religieuse en Occident, due autant aux processus migratoires qu’à l’individualisation du croire, suscite cependant des interrogations. Quelles régulations doivent assumer l’État et les religions instituées pour prévenir les tensions et assurer la coexistence pacifique et tolérante de divers systèmes de croyances ?

Comprendre la manière dont les cadres religieux sont formés, et ce qu’ils représentent dans les différentes communautés apporte des éléments de réponse. Dans cet ouvrage centré sur le cas français, l’attention est portée sur les cadres religieux dans leurs différents contextes d’appartenance : catholique, protestant, évangélique, juif, musulman, hindou, bouddhiste et religions émergentes. Or, les manières dont prêtres, pasteurs, imams ou gurus sont définis et formés sont loin de converger. De ce fait, la responsabilité de l’État dans la gestion de la formation ne peut s’exercer de façon unilatérale. Ce livre fournit de précieuses pistes pour l’analyse et la mise en place d’une politique adaptée à des situations diverses et complexes.

Les directeurs de publication

Francis MESSNER est directeur de recherche au CNRS, en charge des laboratoires « Société, droit et religion en Europe » et « Politique, Religion, Institutions et Sociétés : Mutations européennes » - PRISME (Université de Strasbourg et CNRS).

Anne-Laure Zwilling, docteur en sciences religieuses (Université de Lausanne) et titulaire d’une maîtrise de philosophie, est actuellement ingénieure de recherches au sein du laboratoire PRISME (Université de Strasbourg et CNRS).

Références :

Les Éditions Labor et Fides, Genève, 240 p., 2010

ISBN : 978-2-8309-1405-4